Françoise PETROVITCH

 Oeuvres
   Biographie
   Catalogue
   Vidéo
 
                 
 

Sans titre avec fond

   

Révérence, 2010

   
                 
 

Féminin-Masculin, 2007

   

Sculptures, installations

   
                 
 

Wall Drawing

   

Sculptures en verre

   
                 
 

Twins

   

Poupée

   
                 
 

mes familiers (photographies)

   

Présentation

   
                 
 

Tenir debout

   

Supporters, 2002-03

   
                 
 

Périphéries, 1998-2004

    Les ADO, 1999-2002    
                 
 

Françoise Pétrovitch cherche, sur de grands formats et avec la fluidité du lavis, à saisir la relation du corps au poids du monde. Ce furent d’abord les adolescents avec ses séries Les supporters et Périphéries qui surgirent des formes floues et fondues puis des couples dans une autre série Greffes. Si nous ne voyons jamais leurs visages c’est pour mieux les reconnaître, car ce sont, peut-être, nos proches, nos amis, nos voisins. Les mots, les objets, les animaux, les formes étranges ou inquiétantes qui les accompagnent de façon incongrue bousculent nos habitudes et troublent nos certitudes. Dans les grands lavis de sa dernière série Tenir debout, des pieds qui s’échappent, fuient ou jouent avec des chaussures de femme désignent un sol qui se dérobe, laissant entrevoir des espaces définitivement secrets, forcément dérangeants et fascinants. Avec douceur et fermeté Françoise Pétrovitch conduit toujours là où l’on ne s’y attend pas.

 

Pascale Buttaud


Françoise Pétrovitch looks, on large canvases and with fluid tints, to grasp the relationship between the body and the weight of the world. He did this first with adolescents with his series Les supporters and Périphéries which appeared suddenly from fluid and melting forms then with couples in another series Greffes. If we never want to see their faces it's in order to better recognize them, because they are, maybe, our loved ones, our friends, our neighbors. Words, objects, animals, strange or disturbing forms who acompany them in an incongruous way shaking our habits and troubling our certainties. In the big tints of his last series Tenir debout, feet which escape from, flee and play with womens shoes designs a ground which shields itself, allowing glimpses of definitively secret spaces, inevitably unsettling and fascinating. With gentleness and firmness Françoise Pétrovitch drives towards a place where no one is waiting for him.